Points de langue
Le blog de moncorrecteur.net

En plus de la correction professionnelle de tous vos textes, je propose quelques astuces avec ce blog pour répondre aux questions que vous vous posez sur la langue française.

 

 

 

Comprendre et utiliser les espaces

02/09/2022

Comprendre et utiliser les espaces

Quand on écrit, on se soucie souvent peu des espaces. Pourtant, il en existe plusieurs types avec des fonctions bien particulières, qui peuvent facilement distinguer un texte à la typographie corrigée d’un autre laissé brut.

 

Découvrez les différents types d’espaces, leur usage et comment les insérer dans vos documents.


Les points abordés :

Les espaces justifiantes
Les espaces insécables
Les espaces fines insécables

Lorsque je reçois des demandes de devis, on m’indique souvent le nombre de mots, voire le nombre de pages… Ce sont des données insuffisantes pour établir un prix, car les correcteurs professionnels ne vérifient pas uniquement la bonne graphie des mots, mais bien chaque caractère ! Cela comprend donc la ponctuation et la typographie, dont les espaces.


D’ailleurs, je rappelle en passant qu’en typographie, le mot espace est féminin : ici, on dit bien une espace.


On sous-estime souvent leur importance, ce qui peut mener à des monstruosités comme des dialogues où les répliques ne sont pas alignées mais commencent après un tiret suivi d’une espace de taille variable. On peut se retrouver avec des guillemets ouvrants qui terminent des lignes ou des points-virgules qui en commencent une. Bref, sans gestion des espaces, votre mise en page risque d’être loin d’une qualité professionnelle.


Que sont les espaces et à quoi servent-elles ?

Les espaces sont les blancs occupés par aucun caractère, qu’on laisse entre les mots et les entre les phrases (bon, c’est un rappel de principe, voilà la question évacuée).

Notez que les règles que j’expose ici sont valables selon les normes françaises, qui diffèrent des normes suisses et québécoises.

 

 

Sommaire


1. Les espaces justifiantes
2. Les espaces insécables
3. Les espaces fines insécables
Sources

 

 

1. Les espaces justifiantes


Les espaces justifiantes sont celles de tous les jours, que vous tapez en appuyant sur la barre d’espace de votre clavier. Pourquoi ce nom de « justifiantes » ? Parce que leur taille varie pour permettre de justifier les lignes. Vous savez, cette option qui permet d’aligner les caractères à droite en fin de ligne pour un rendu plus propre. (Et que je n’utilise pas sur le présent blog tout simplement parce que l’éditeur de texte de mon site ne permet pas de gérer les espaces correctement…)


En typographie et en imprimerie, on dit que les espaces justifiantes ont une chasse qui varie, la chasse étant ici la « place horizontale » que prend un caractère sur une ligne.


Si les espaces justifiantes permettent donc d’aligner proprement les lignes à droite, on remarque souvent qu’elles laissent des blancs de taille variable, parfois très disgracieux, surtout quand on utilise des mots longs sans coupure. Placées partout en lieu et place d’autres types d’espaces, elles créent des décalages d’alignement, par exemple après les tirets des dialogues ou les guillemets.


Ces espaces restent néanmoins très majoritaires, puisqu’elles se placent entre la plupart des mots et après quantité de signes de ponctuation : virgule, point, point-virgule, points d’exclamation et d’interrogation, deux-points, guillemet fermant, parenthèse fermante et crochet fermant.

 

 

Bonjour, je ne comprends pas bien la différence entre les types d’espaces.


Cette phrase ne comporte que des espaces justifiantes.

 

 

2. Les espaces insécables


Les espaces insécables, comme leur nom l’indique, ne peuvent pas être coupées en fin de ligne. Cela permet d’éviter que des signes de ponctuation se retrouvent seuls en début de ligne ou que des mots ou des chiffres qui devraient rester proches se retrouvent sur deux lignes séparées.

 


«Il est 13h30, madameMonique.»


Cette phrase devrait comprendre cinq espaces insécables que je matérialise ici par des tirets demi-cadratin rouges : une entre le guillemet ouvrant et le premier mot, une entre 13 et h, une entre h et 30 pour éviter que l’heure ne soit coupée, une entre madame et Monique et enfin une avant le guillemet fermant pour éviter qu’elle se retrouve seule en tête de ligne.


Sans les espaces insécables, voilà ce que la mise en page pourrait donner sur une ligne bien trop étroite :


« Il est 13
h 30, madame
Monique. »


Ces coupures inélégantes nuisent à la lecture et à la compréhension du texte, c’est pourquoi elles sont éliminées par l’emploi des espaces insécables.

 

 

De plus, les espaces insécables conservent la même taille (chasse, ou largeur, si vous préférez), ce qui permet de facilement aligner des éléments.


— Bonjour, madame.
— Mais non, c’est moi qui vous souhaite le bonjour.


Sans les espaces insécables sur un paragraphe justifié, on pourrait avoir :


—        Bonjour, madame.
— Mais non, c’est moi qui vous souhaite le bonjour.

 

 

Ces espaces sont aussi très utilisées, on les retrouve notamment avant un deux-points et à l'intérieur des guillemets. J’en place également après un tiret cadratin de dialogue pour l’alignement. Enfin, je les utilise aussi pour les heures et les dates (jeudi22juillet), les différents symboles (13€, 25%...), avant les noms de famille et les mots liés à des chiffres (page3...).

Ainsi, je garde le contrôle des espaces et je sais qu’à la mise en page, ce qui doit rester sur la même ligne le restera. Essayez, la différence est flagrante !


Vous pouvez insérer manuellement vos espaces insécables sous macOS avec la combinaison des touches option + barre d’espacement. Sous Windows et Linux, utilisez la combinaison Ctrl + maj + barre d’espacement.

 

 

3. Les espaces fines insécables


Pas de mystère pour les espaces fines insécables, qui se comportent comme les espaces insécables classiques, mais en plus étroites. De fait, leur utilisation n’est pas obligatoire, d’autant que tous les logiciels ne les prennent pas en charge, mais elles sont recommandées par les normes afin de permettre une typographie plus soignée.

Si vous utilisez un logiciel de publication assistée par ordinateur (PAO), elles ne devraient pas vous poser problème ; en revanche, la plupart des traitements de texte font l’impasse (c’est le cas pour Word par exemple).

 

 

Allons, n’exagérez pas-; le soleil est déjà haut-!


Cette phrase contient deux espaces fines, que je signale avec des traits d’union verts.

 

On les utilise devant les signes de ponctuation suivants : point-virgule, point d’interrogation et point d’exclamation. On place aussi une espace fine avant les appels de note (astérisques ou chiffres qui renvoient à une note de fin ou de bas de page). Enfin, le logiciel Antidote suggère de les placer à l’intérieur des guillemets, contrairement à la règle annoncée par l’imprimerie nationale. À vous de voir.


Plutôt rares, les espaces fines sont donc là surtout pour affiner votre typographie, apporter de la nuance dans la présentation du texte. Notez comment les livres publiés par des maisons d’édition professionnelles présentent des espaces de tailles différentes, sans tomber dans le bazar incohérent que peut donner une utilisation exclusive des espaces justifiantes.


Personnellement, j’utilise le caractère Unicode suivant : espace insécable étroite (U+202F).

Word affiche alors une espace de même largeur qu’une insécable classique (qui n’est même pas représentée avec l’affichage des marques de mise en forme), mais le caractère est bien pris en compte si l’on copie le texte vers un logiciel de PAO comme Scribus.

 

 

Conclusion

 

Ne sous-estimez plus l'importance des espaces ! Si vous publiez en auto-édition, concentrez-vous sur les espaces insécables qui sont vraiment déterminantes pour la mise en forme finale du texte.

Vous donnerez à votre texte un caractère professionnel, agréable à parcourir pour vos lecteurs et lectrices.

 

Vous comprenez maintenant pourquoi je demande le nombre de signes avec espaces pour établir un devis !

Ce sont aussi des caractères à corriger qui peuvent beaucoup modifier l'aspect d'un texte.

 

 

Sources


« Espacement requis selon le contexte », Guide de typographie, Antidote 11, version 2.1 [Logiciel], Montréal, Druide informatique, 2022.


Lacroux, Jean-Pierre, Orthotypographie, sous licence creative commons qu’on peut consulter sur http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/, 2007.


Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale, Imprimerie nationale, 2002.

Le blog

Sur moncorrecteur.net, en plus de la correction professionnelle de tous vos textes, je propose quelques astuces avec ce blog pour répondre aux questions que vous vous posez sur la langue française.

 

pierre@moncorrecteur.net

 

07 81 68 77 28

Points de langue